Aller au contenu

5 étapes à la carte
pour construire
mon avenir au lycée

Dispositifs de formation et aménagements pour les personnes en situation de handicap

Publication : 27 mai 2021

Les entreprises recherchent des travailleurs qualifiés. Quand il n'est plus possible de suivre des études au sein d'un cursus général, la formation professionnelle, à temps plein ou en alternance, permet aux jeunes en situation de handicap une meilleure insertion professionnelle.

La formation à temps plein

Quand cela est possible, les jeunes en situation de handicap suivent leur formation professionnelle en milieu scolaire ordinaire. Dans certains cas, ils peuvent bénéficier de l’appui d’un dispositif Ulis (unité localisée pour l'inclusion scolaire) en lycée professionnel. Si leur état de santé l'exige ou si leurs capacités d'autonomie sont trop réduites, les jeunes en situation de handicap peuvent également suivre une formation préprofessionnelle ou professionnelle dans un établissement médico-social tout en recevant des soins.

Les élèves en situation de handicap peuvent bénéficier, selon leurs besoins, d'aménagements spécifiques des différentes épreuves d'examens pour le CAP (certificat d’aptitude professionnelle), bac professionnel, BTS (brevet de technicien supérieur) ou BUT (bachelor universitaire de technologie), y compris pour les épreuves professionnelles.

Les stages en milieu professionnel font partie intégrante de la formation. Pour être accompagnées dans leur recherche, les personnes en situation de handicap peuvent faire appel à des associations spécialisées comme les associations Arpejeh, Tremplin entreprises, la Fédeeh ou Droit au Savoir qui jouent un rôle intermédiaire entre les élèves en situation de handicap à la recherche d'un stage et des employeurs potentiels.

La formation en apprentissage permet d'obtenir une qualification professionnelle, du CAP à bac + 5. Elle se déroule en alternance entre un CFA (centre de formation d'apprentis) et une entreprise. Les élèves peuvent bénéficier d'un contrat d'apprentissage aménagé, s’ils bénéficient d’une RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé). Ils peuvent également suivre une formation dans un CFA spécialisé. Au sein de chaque CFA, un référent handicap accompagne la personne en situation de handicap et met en place les services et aménagements nécessaires.

La formation en dehors de l'école

À partir de 16 ans, il est également possible de suivre une formation professionnelle au sein de l'Afpa (Association pour la formation professionnelle des adultes). Il faut cependant obligatoirement bénéficier d'une RQTH (reconnaissance de la qualité de travailleur handicapé) et être accompagné par Pôle Emploi ou un Cap Emploi. Au sein de chaque formation de l'Afpa, un référent handicap accompagne la personne en situation de handicap dans la construction de son projet de formation professionnelle et met en place les services et aménagements nécessaires.

Le Cned (Centre national d'enseignement à distance) offre également la possibilité de suivre une formation supérieure ou professionnelle quand il n’est pas possible de suivre une scolarité dans un établissement ordinaire. Les cours du Cned sont gratuits pour les élèves reconnus handicapés de plus de 16 ans.

La formation professionnelle des adultes devenus handicapés

Pour les personnes devenues handicapées au cours de leur activité professionnelle, une réorientation et une nouvelle formation sont souvent nécessaires pour retrouver un emploi. La CDAPH (commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées) peut proposer différentes possibilités de formation :

  • Un stage en centre de pré-orientation. D'une durée de 8 à 12 semaines, ce stage permet de faire le bilan des capacités physiques et intellectuelles et d'élaborer, en lien avec les intérêts de la personne, un projet professionnel. Durant ce stage, la personne en situation de handicap est rémunérée et tous ses frais sont pris en charge par la sécurité sociale.
  • Les Ueros (Unités d'évaluation de réentraînement et d'orientation sociale) accueillent et accompagnent les personnes dont le handicap résulte d’un traumatisme crânien ou d’une lésion cérébrale acquise. Elles permettent également de développer et/ou consolider les acquis suite à une période de réadaptation fonctionnelle. Elles évaluent les limitations physiques et psychiques des personnes en situation de handicap en vue de les aider à construire un projet adapté à leurs capacités. Elles les orientent vers les acteurs qui pourront les accompagner dans la réalisation de leur projet pour une réinsertion sociale, scolaire ou professionnelle.
  • La formation en ESRP (établissements et services de réadaptation professionnelle) : permet d'acquérir une formation diplômante ou qualifiante sanctionnée par des diplômes ou des titres professionnels. Ces formations peuvent être précédées d'un stage de préformation pour ceux dont les connaissances sont insuffisantes. Toutes les formations comprennent des périodes de stage en entreprise.
  • Le contrat de rééducation professionnelle en entreprise (CRPE) est un CDD (contrat à durée déterminée), renouvelable, pour une durée maximum de 18 mois. Il est passé entre l'employeur, le salarié et la sécurité sociale. Le bénéficiaire reprend ainsi contact avec un environnement professionnel ou apprend un nouveau métier. La rémunération du salarié est soit le salaire brut précédent s’il s’agit d’une réadaptation à son ancien métier soit le salaire brut de sa future profession dans le cas d’une reconversion.